Accueil de la section  Accueil du site "Islamica"  Accueil du site "Orient"

<---------

Ralph Stehly

Un trait d'thique islamique: le Kitb al-Kab'ir de Shams ad-dn al-Dhahab (2)

Chapitre premier

Shams ad-dn adh-Dhahab: Quelques donnes sur sa vie et son oeuvre

 

La vie de Shams ad-dn adh-Dhahab

       [vie de Bukhr, voir ici]

           Peu de dtails nous sont connus sur la vie de Dhahab. C'est surtout par son lve, 'Abd al-Wahhb as-Subk (1), qui nous a laiss, dans ses Tabaqat al-shfi'iyya al-kubr une longue notice (2) sur son matre et quelques notules parses que nous pouvons reconstituer quelques traits de son existence.

Shams ad-dn Abu 'Abd Allh Muhammad b. Ahmad b. 'Uthman b. Qaymz b. 'Abd Allh at-Turkmn al-Friq (3) ad-Dimashq al-Shfi' al-Dhahab est n Damas le 1er ou le 3 Rab' II 673, soit le 5 ou le 7 octobre 1274.  Comme sa nisba l'indique, son ascendance tait turque. 

 

Sa formation

            A 18 ans, selon Subk et Suyut, il commence l'tude du hadth.

Ab Zakariy' b. as-Sayraf, Ibn Ab 1-Khayr, al-Qutb b, Ab 'Asrn et al-Qsim b. al-Irbil lui donnrent l'idjza.

Il mena la vie itinrante de celui qui cherche la science auprs des meilleurs matres de son poque. Il en eut, dit-on, 1300.

Aprs Damas o il fut l'lve notamment de 'Umar b. al-Qawws, d'Ahmad b. Hibat Allh b. 'Askir et de Ysuf b. Ahmad al-Qaml, il se rendit Ba'labakk pour suivre l'enseignement de 'bd al-Khliq b. 'Ulwan et de Zaynab bint 'Umar b. al-Kind. 

Au Caire, il tudia, notamment sous la direction d'al-Abarquh, 'Isa b. al-Mu'min b.  Shihb Ab Muhammad ad-Dimyt (4), Shaykh al-Islm b. Daqq al-'d (5)  et du hfiz Ab 1-'Abbs b. az-Zhir. 

A Alexandrie, ce furent Ab-1-Hasan 'Al b. Ahmad al-'Irq et Ab 1-Hasan Yahy b. Ahmad as-Sawwaf qui furent ses matres.

 A la Mecque, Tzr,   Alep, Sanqar az-Zayn et Naplouse al-'Imd b. Badrn.  

Quant aux sept lectures coraniques, il en fut instruit par Ab 'Abd Allh b. Djibrl al-Misr. 

 

Son enseignement et son oeuvre

        Il enseigna le hadith la madrasa Umm Slih (6)  Damas mais ne put succder comme il l'aurait souhait Ysuf al-Mizz (m. 742/1341) la madrasa Ashrafiyya, ne remplissant pas les conditions que son fondateur avait stipules quant au madhhab du candidat.

 Il mourut dans la nuit du dimanche au lundi 3 D 1-Qa'da7 48, soit le 3 fvrier 1348, chez lui la madrasa Umm Slih.

 Subk dcrit ainsi ses derniers instants (7) :

"Mon pre  (que Dieu ait misricorde de lui !) [Taq dn as-Subk] le vit avant l'heure de la prire du couchant (maghrib), alors qu'il tait l'agonie.

-Comment te trouves-tu ? lui dit-il

- A l'agonie,  rpondit-il. Puis il demanda si l'heure de la prire du couchant tait arrive. Mon pre lui dit :

-N'aurais-tu pas accompli la prire de l'aprs-midi ('asr) ?

"Si, rtorqua-t-il, mais je ne me suis pas encore acquitt de celle du couchant.

Et il demanda mon pre (que Dieu ait misricorde de lui !) [la permission] de conjoindre les prires du couchant et de la nuit ('ish'). Celui-ci lui donna ce sujet une rponse canonique. Il fit ainsi et mourut aprs la prire de la nuit, avant le milieu de la nuit. Il fut enterr au cimetire de la Porte Mineure (al-bb as-saghr)".
~

Selon le tmoignage unanime des biographes, il compta parmi les plus grands traditionnistes de son poque avec Mizz (8) , Barzal (9)  et Taq d-dn as-Subk, peut-tre mme le plus grand puisqu'on le surnomma muhaddith al-'asr (le traditionniste de l'Epoque) et khatm al-huffz (sceau des hfiz).

Subk, comme tout disciple bien-aim -son pre Taq d-dn as-Subk, tait l'ami intime de Dhahab- dcrit en termes dithyrambiques le prestige de son matre:

"Son nom suivait une trajectoire comme celle du soleil; mais lui ne se voilait ni quand tombait la pluie, ni quand venait la nuit. De tout le pays, on venait lui et de toutes parts les questions l'appelaient... Il tait une gloire dont on s'enorgueillissait et un ornement dont se parait ce bas-monde". (10)

"Il travaillait (ta'iba) d'arrache-pied, jour et nuit, mais ni sa langue, ni sa plume ne se lassaient (ta'iba)" (11).

Sa science en traditions semblait minente, puisque Ibn Hadjar al-'Asqaln a pu dire de lui :

"J'ai bu l'eau de Zamzam pour atteindre le niveau de Dhahab en matire de traditions".

Selon Salh ad-dn as-Safad : 

"Il n'avait rien de la rigidit des traditionnistes ou de la stupidit des historiens ; au contraire, il tait un juriste d'esprit (faqh an-nafs) et tait exerc dans les opinions des gens" ---->

 

--------------------

(1) Cf. SUBK, Tabaqt al-shfi'iyya al-kubr, 6 vol., Le Caire,1905, I,  p. 197 et 253, III,  p. 261, V, p. 216-226

KUTUB,  Fawt al-wafayt,  2.vol., Le Caire, 1951, II, p. 370-72, n 391.

'UMAR IBN AL-WARD, Ta'rkh,  2 vol., Le Caire, 1285, II, p.349.

MUHAMMAD IBN 'AL AL-HUSAYN, Dhayl tadhkirat al-huffz li l-Dhahab, Damas, 1347, p. 34-38

ABU L-FID, Al-mukhtasar f ta'rkh al-bashar, 4 vol., Istanbul, 1286, IV, p. 155.

MUHAMMAD b. IYS AL-HANAF, Bad'i' az-zuhr fi waq'i' ad-duhr, Bulaq, 1298, p. 21

NSIR AD-DN Al-SHFI', Ar-radd al-wfir, Le Caire, 1329, p.19.

SUYT, Dhayl tadhkirat huffz li-dh-Dhahab, Damas. 1347, p. 347-349.

C. BROCKELMANN, Geschichte der Arabischen Literatur, 5 vol. ,Leyde, 1937-1949, II, p. 46-45, supplment II, p. 45-47.

G. SARTON, Introduction to the History of Science, 3 vol, Baltimore, 1947-8, III, p. 963-968.

J. DE SOMOGYI, The Ta'rkh al-Islam of adh-Dhahab, J.R.A.S, 1932, p. 815-855,

Id., Ein Arabisches Compendium der Weltgeschichte, das Kitb Duwal al-Islam des ad-Dahab, Islamica, 1932, p. 334-53.

Id., Ignace Goldziher Memorial, Budapest, 1948, I, p. 353-386

F. WUESTENFELD, Die Geschichtsschreiber der Araber, 2 vol, Gottingen, 1882, n 410.

F. ROSENTHAL, A History of Muslim Historiography, Leyde,1952, p. 129-130

El, 2me dition , art. Dhahab, II, p. 221-222.

 (2) Tabaqt V 216-226.

(3) C'est--dire tirant ses origines de la localit de Myfriqn.

(4) Ad-Dimyt, jurisconsulte shfi'ite, n en 613 et mort soudainement en 7 05 h.. Se fixa Alexandrie, aprs un sjour Dimyt. Cf  Tadhkirat al-Huffz, IV 268

(5) Ibn Daqq al-'d, n en 625/1227-8 prs de Yni' au Hedjz, cf Tadhkirat al-Huffz, IV 272 s.  

       (6)     Suyti p. 347 s.

      (7) Subk V 217.

(8)  Djaml ad-dn Abu 1-Hadjdjdj al-Mizz, n en 654/1256 Alep,  passa son enfance Mizza, prs de Damas, se consacra d'abord l'tude du fiqh, puis au hadth et dirigea pendant 23  ans la madrasa Ashrafiyya Damas, o il mourut en 742/1341.

(9) Al-Qsim b. Muhammad b. Yusuf  b. Muhammad al-Barzl, hfiz et historien de Damas, n en 665/1266- et mort pendant le plerinage en 739/1339.

10) V 217.

(11) V 216-217.